Bernard Bensaid, Président du groupe DocteGestio, réagit aux annonces faites par la ministre des Solidarités et de la santé

 dans Actualités

C’est avec beaucoup d’attention que le Groupe présidé par Bernard Bensaid a écouté et analysé la feuille de route du gouvernement en matière de Grand âge et d’Autonomie présentée par Madame Agnès Buzyn, le 30 mai dernier.

La crise des Ehpad que nous avons connue ces derniers mois était effectivement annoncée : si la loi d’adaptation de la société au vieillissement a permis quelques avancées, elle n’a pas réglé durablement la question du financement de la perte d’autonomie et des nouvelles problématiques qu’elle pose.

Côté Domicile, la question de la tarification n’a pas été traitée, obligeant les Départements à s’en emparer. Les SAAD, quant à eux, vont de fonds de restructuration en fonds d’appui, depuis 2012, sans que cela n’empêche à de nombreux services de fermer leurs portes. Pour mémoire, c’est précisément en 2012 que commence l’aventure médico-sociale de DocteGestio avec la reprise d’une importante association en Moselle, amapa.

Depuis 2012, ce sont ainsi plus de 4 000 salariés répartis dans 48 agences sur 22 départements que le Groupe a sauvés de la faillite, luttant en première ligne sur le front du paradoxe de la destruction d’emplois dans un secteur en tension, s’il en est.

Quant aux Ehpad, ils ont été les parents pauvres d’une loi dont l’application ne repose que sur une seule jambe puisque le volet Ehpad n’a pas complété un volet Domicile déjà tronqué. La situation des Ehpad n’a donc cessé de se compliquer. Les pouvoirs publics devaient s’en saisir : on ne peut pas fuir ses responsabilités éternellement, même si les marges de manœuvre paraissent faibles : si tout le monde réclame des moyens supplémentaires, personne ne veut en supporter le coût.

Comment dès lors critiquer un gouvernement qui s’empare du sujet ? Comment critiquer une ministre des Solidarités et de la Santé qui, dans sa feuille de route, annonce une consultation citoyenne dont on comprend bien qu’elle devra nous permettre, collectivement, de décider des moyens d’accompagner dignement nos aînés qui affrontent le risque de ne pas tous vieillir en bonne santé ? Et comment critiquer que des mesures à court terme soient prises, d’un montant conséquent, en attendant, et donc en permettant, que le débat démocratique se déroule ? Car enfin, ne sommes-nous pas devant un choix de société ? Comment peut-on se plaindre d’une annonce de consultation citoyenne sur un sujet qui touche ou touchera irrémédiablement toutes les familles de France ?

Pour Bernard Bensaid, « Les annonces faites par Madame Agnès Buzyn sont des mesures qui vont dans le bon sens et qu’il faut soutenir. Notre société vit une crise qui est une transition démographique jamais connue jusqu’ici. Une crise n’est ni bonne, ni mauvaise en soi, tout dépend de ce que l’on en fait. Nous devons mobiliser notre intelligence collective en dépassant les clivages partisans qui paralysent. Nous devons inventer car les recettes d’hier sont sans effet sur la réalité d’aujourd’hui. Le Groupe que je préside favorisera la participation de ses 8 000 salariés à la consultation citoyenne annoncée et se tient à la disposition des ARS et des Départements pour oser et mettre en oeuvre des solutions nouvelles en partenariat. »

📑 Dossier de presse : Grand âge et autonomie
📑 Communiqué de presse : feuille de route pour relever le défi du vieillissement à court et moyen terme
📑 Discours d’Agnès Buzyn

Derniers articles

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée

reprise meaux 77100eme etablissement amapa